Suivez nous
Naila Benrahal Naila Benrahal

Portraits

Naila Benrahal, journaliste au quotidien Horizons, Le paysage médiatique actuel est marqué par la facilité et le sensationnel

Publié

le

Considérée comme une des femmes journalistes les plus marquantes sur la scène médiatique, Naila Benrahal, journaliste actuellement au quotidien national Horizons, dévoile avec grande émotion les étapes cruciales dans son parcours journalistique, notamment durant la période de terrorisme.

 

Durant la période la plus difficile, vous aviez la réputation d’être la journaliste la plus informée sur le terrorisme…

En 2008, le Magazine Afrique Asie m’a distingué parmi 100 personnalités les plus influentes en Algérie, justement pour cette réputation. Je pense que c’est le choix du traitement des questions sécuritaires, qui en est à l’origine. Mes débuts dans la presse coïncidaient avec le terrorisme. Malgré les risques et les difficultés à l’époque, j’ai préféré les investigations et le travail de terrain. C’est dire, que je ne me contentais pas des informations « officielles » sur les actes terroristes ou même les opérations militaires. J’habitais également un quartier réputé pour être le fief des groupes terroristes notamment le GIA (Groupe Islamique Armé). J’ai vécue toutes les étapes de la violence terroriste.

Au début, les groupes terroristes ciblaient  les éléments des services de sécurité, les appelés du service national, avant que tout le monde soit ciblé. Je suis une rescapée du massacre de Bentalha en 1997. C’est ce traumatisme de l’extrême horreur qui m’a poussé à m’intéresser en profondeur au terrorisme.

Qu’en est-il de votre entretien avec Hassan Hattab ?

Il s’inscrit dans mon travail d’investigation. Hassan Hattab était le chef d’une Organisation terroriste  Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat en Algérie, un dissident du GIA (Groupe Islamique Armé). J’ai travaillé beaucoup avec sa famille notamment ses parents, ses proches et ses ex éléments. Le contact était plus facile. Je vous signale que je me déplaçais aux  fiefs et maquis des terroristes au centre du pays notamment, seule, sans escorte et des fois avec le photographe du journal.

Vous avez également interviewé un terroriste repenti…

J’ai rencontré plusieurs terroristes repentis, notamment des chefs, parce qu’ils sont des acteurs principaux dans l’équation sécuritaire. Ce n’était pas facile mais j’ai réussi ce défi, de leur donner la parole, loin de toute apologie.

Quand j’ai rencontré pour la première fois, en 1999, suite à l’annonce de la trêve par l’AIS (Armée Islamique du Salut), les membres de Katibat (Phalange) Arrahmane dans son fief, le commandant des opérations m’a demandé : Pourquoi tu es venue nous voir ? J’étais entourée de terroristes armés, à qui j’ai dévoilé mon identité, j’ai répondu : je veux juste comprendre pourquoi vous assassinez les gens.

Ces rencontres servaient  d’éclairage dans mes papiers et enquêtes notamment sur les profils des groupes terroristes en Algérie, leur cartographie et idéologie et autres. J’ai également interviewé Abdelhak Layada, fondateur du GIA et Ali Benhadj de l’ex FIS, chez lui, juste après sa libération. J’étais la seule journaliste femme à le faire. J’ai également rencontré des terroristes en Mauritanie …

Pendant de longues années, vous étiez nommée journaliste de scoops…Quel est ton secret ?

(Sourire) pas de secret mais je pense que c’est le fruit d’un travail de profondeur, à savoir l’investigation et également la diversité des sources. Je ne cherchais pas le scoop ni l’exclusivité mais beaucoup plus une information correcte. Le journaliste est un porteur de message et la mission n’est pas facile quand il s’agit de questions sécuritaires. Mon travail était également l’alerte et la sensibilisation. J’avais cette conviction illimitée du devoir d’informer. II m’arrivait d’avoir des scoops que je ne publiais pas par souci d’éthique.

Votre travail d’investigation est même arrivé aux frontières avec la Libye. Cela a élargi ta notoriété..

Vous faites certainement allusion à l’affaire dite El Kadhafi ? Oui, c’était une enquête de plusieurs mois suite à l’appel du Guide Libyen les populations du Sahara, notamment les Touaregs, à se réunir pour fonder une « fédération ». Ce projet me parait vraiment  utopique. C’est à travers un travail notamment avec les Touaregs de l’Algérie, que s’est avéré  que la proposition libyenne vise à déstabiliser entre autre mon pays. Le leader Libyen a déposé plainte. Une première dans les annales de la presse. Pour moi, j’ai agi par attachement à mon pays et le temps m’a donné raison après des années.

Pensez-vous que l’investigation à l’heure actuelle est toujours possible ?

Je ne suis pas très optimiste sur cette question, vu le paysage médiatique actuel marqué par la « facilité »  et le sensationnel notamment. On se limite aux couvertures et aux faits divers. Les grands reportages et les enquêtes ont disparu des médias. Je pense qu’il est temps de revenir aux valeurs et principes de la profession car le journaliste d’investigation est tenu par l’éthique comme le souligne  le journaliste et écrivain français, Pierre Péan. La formation de base est de mise.

Vous avez été distinguée plusieurs fois. Quelle est la distinction qui vous a le plus touché ?Naila Benrahal

Toutes, je dirais parce qu’il s’agit de reconnaissance et de gratitude. Mais je peux dire que ma distinction parmi les 10 femmes méritantes au parcours « méritant » distinguées par le ministère de la Communication, en 2016, m’a le plus touché parce qu’elle vient de « chez moi », c’est-à-dire la tutelle. Sinon chaque distinction me touche.

Journaliste bilingue par excellence. Aujourd’hui, dans quelle langue vous vous sentez mieux ?

Certains me considèrent toujours « l’arabophone » de la presse francophone et me demandent qui m’écrit les articles (rire). J’ai commencé à la presse, dans des journaux arabophones mais je maîtrisais la langue française. Un journaliste doit maîtriser au moins ces deux langues. Je me sens mieux dans les deux langues même si mon livre, qui sera bientôt édité est en langue arabe. Quand je vise un grand public, j’opte pour la langue arabe.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le réseau des journalistes femmes algériennes ?

Il est toujours au stade de « projet » malheureusement. J’ai lancé cette initiative suite à une rencontre internationale sur la femme et les médias. Tous les pays présents étaient représentés par des réseaux de femmes journalistes même de la Syrie, un pays en guerre, à l’exception de l’Algérie. Il faut dire qu’il y avait un engouement fort de la part des consœurs des différents médias et plusieurs wilayas. Il n’y a jamais eu d’association de femmes journalistes en Algérie, comme il en existe dans d’autres pays.  L’objectif est d’avoir un espace pour partager les opportunités professionnelles, échanger des expériences, mais surtout former les journalistes, améliorer leurs capacités à effectuer des reportages, leurs compétences rédactionnelles, leurs compétences à l’antenne, les sensibiliser sur les droits des femmes et renforcer la place des femmes journalistes dans le paysage médiatique Algérien. Nous avons déjà organisé une campagne de sensibilisation et je pense qu’il faut un long travail pour les convaincre à se mettre en réseau.

Tout au long de votre parcours journalistique, quelles sont les périodes qui vous ont le plus marqué ?

Elles sont nombreuses mais l’affaire d’El Kadhafi m’a le plus marqué. Outre l’absence de solidarité, je faisais  l’objet de critiques ouvertes juste parce que j’ai osé écrire sur lui alors que personne n’a levé son discours, quand il s’agissait du président Algérien Abdelaziz Bouteflika. Autre période quand j’étais ouvertement menacée de mort en 2006 par l’AQMI , organisation terroriste , à cause de mes écrits. J’ai refusé de démissionner ou de changer de créneau, ni mon domicile dans un quartier populaire, pour « survivre ». C’était difficile parce que je pensais beaucoup à ma mère et je me disais à chaque fois, qu’elle ne mérite pas ça de moi. J’attendais ma mort à tout moment et je voyais en chaque individu suspect, un terroriste chargé de cette mission.  Mais il y avait de bons moments, comme la mission aux frontières de la Libye après la chute du régime El Kadhafi. J’ai passé la nuit sous un camion parce qu’il n’ y avait ni hôtel, ni site d’hébergement dans un lieu en plein désert la nuit.

En dehors de la femme courage et de la journaliste brillante, qui est Naila Benrahal la femme ?

Juste une femme. J’aime cuisiner, laver le linge et bouquiner. J’adore les chats, ce sont mon point faible.

 

Entretien réalisé par Safaa Sellam

 

 

Commentaires

Revue de presse

Revue de presse algérie

Programme TV

  • 21:00 Foot Show
  • 19:25 Kolchi adi ii
  • 20:45 Questions d'actu
  • 21:00 Iftah Kelbek

    A lire

    Media World

    Publicité

    Facebook