Suivez nous

ENTV, l’histoire riche et passionnante d’une diffusion

D’un défi à l’autre, d’année en année, l’ENTV traverse l’histoire marquée par une  longue marche et évolution pour la conquête des techniques de pointe de la communication moderne, qui vont lui permettre d’être au diapason des chaines tv mondiales. Une histoire riche et passionnante, que nous vous racontons.

Histoire de l’ENTV

Pour parler de l’ENTV ou plus exactement de son ancêtre la RTA, la Radiodiffusion Télévision Algérienne, qui n’était encore qu’une station régionale dépendante de l’office de la Radio Télévision Française ORTF, il faudrait remonter à l’époque pré-indépendance. Car le 24 décembre 1956, la Radiodiffusion-télévision française (R.T.F.) dans les départements français d’Algérie inaugure son premier émetteur de télévision au standard VHF 819 lignes, installé au Cap Matifou, face à Alger dont il est distant de quinze kilomètres.

L’émetteur, couvre presque toute la ville d’Alger, sa banlieue et une grande partie de la Mitidja. Une astuce technique permet la diffusion simultanée du son en deux langues (français et arabe) pour certaines de ses émissions. Elle n’était qu’un service restreint qui fonctionnait selon des normes françaises. Car le pacte colonial excluait par définition tout algérien du bénéfice du progrès qu’il fût économique, social, culturel, scientifique ou technique.

Programmes et méthodes

Selon une contribution de La R.T.F. Télévision en Algérie est ainsi la première au monde à être bilingue et à émettre des spectacles français et arabes commentés dans les deux langues. Les speakrines francophones et arabophones se partagent à tour de rôle la présentation des programmes, les unes apparaissant en direct à l’écran pendant que les autres font la traduction en voix off, et inversement le lendemain.

Les émissions sont entièrement réalisées sur place, aucun relais n’étant possible avec la Métropole. Trente et une heures de programmes sont diffusés chaque semaine en 1957, composés de films, de théâtre, de musique et d’œuvres lyriques, de variétés, d’information, de magazines et reportages sportifs et d’émissions enfantines.

La télévision métropolitaine fournit 11 heures de programmes sur ces 31 heures hebdomadaires, essentiellement du théâtre, des variétés et des ouvrages lyriques. Le journal télévisé est diffusé à 20 heures et rediffusé à 22h30 est présenté par Jean Luc, Jean Lanzi, Jean-Claude Narcy et Jean-Pierre Elkabbach. Il est réalisé entièrement sur place à l’aide de bandes envoyées par United Press et France Vidéo auxquelles s’ajoutent deux ou trois reportages tournés localement chaque jour avec des commentaires en français et en arabe pour une diffusion simultanée sur les deux canaux sonores.

De nombreux programmes (émissions musicales, folkloriques, enfantines, concerts et théâtre) et courts-métrages sont spécialement créés pour alimenter la grille des émissions arabophones placées sous la direction de Fathallah Benhassine, déjà en charge des émissions en langues arabe et kabyle à la radio R.T.F. France V1.

Couverture généralisée

Dès sa naissance, la Télévision d’Algérie souhaite donc s’adresser à toutes les composantes de la population algérienne susceptibles de la recevoir. Un second émetteur de télévision est inauguré par le Directeur Général de la R.T.F., Gabriel Delaunay, pour desservir Alger le 22 février 1958.

Oran est la seconde ville équipée d’un émetteur de télévision, installé sur l’immeuble Perret qui dresse ses quinze étages au carrefour de la rue Mostaganem et de la route du Port, et qui rayonne très correctement sur toute l’étendue de l’agglomération dès le 17 décembre 1958.

Le réseau s’étend avec la construction d’un émetteur de télévision à la station de ski de Chréa en janvier 1960, puis la mise en service de l’émetteur de Constantine le 26 octobre 1960. La R.T.F. présente sa dernière édition en direct du journal télévisé le 30 juin 1962. Il faut savoir que les programmes diffusés étaient donc importés de France et servaient à reproduire les rapports de domination culturelle institués par la colonisation.

L’avènement de la RTA

RTA Radio et télévision algerienneÀ la suite de l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet 1962, la Radiodiffusion-télévision algérienne (R.T.A.) se substitue à la R.T.F le 28 octobre 1962, et reprend ses infrastructures et bâtiments. Selon le site de l’ENTV, face à cette situation, des cadres et techniciens français qui comptaient, par leur fugue et départ massif, paralyser le fonctionnement de la jeune entreprise naissante, une poignée de patriotes parmi les cadres, techniciens et travailleurs algériens formés à l’école française, ont pris l’engagement d’assurer la continuité du fonctionnement de la radiodiffusion et de la télévision.

C’est ainsi que le 1er août 1963, la radiodiffusion télévision algérienne a été créée. Le départ était alors donné à une entreprise de grande envergure qui allait transformer le paysage technique de la communication en Algérie. Et seul un effort d’équipement pouvait permettre d’obtenir un tel résultat. C’est pour cela que l’Etat a consacré dans les trois suivants plans (triennal 1967-1969 1er plan quadriennal 1974-1979) plus de 310 millions DA au budget d’équipement de la RTA.

Cet investissement réalisé en un temps relativement court a entraîné l’extension et la modernisation des réseaux nationaux de radiation sonore et de la télévision, la couverture du sud du pays par transmission satellite, l’équipement des centres de production en matériel moderne, et par la suite l’introduction de la couleur à la télévision.

En 1982, la RTA est entrée dans le monde de la Communication, en s’équipant de façon conséquente. Et en participant à des expériences de pointe tel que le système d’échange de news par satellite pour la région africaine. D’échange d’information et de programmes entre les pays arabes et européens . Principalement les satellites ARABSAT, EUTELSAT, INTELSAT. Et enfin, en formant de nouvelles générations de techniciens rompus aux technologies nouvelles.

Réorganisation de l’ENTV

Selon le livre  du professeur Noureddine Touati, intitulé « la presse écrite et audiovisuelle » paru en 2011, l’accumulation de ces acquis a certainement entraîné un développement quantitatif qualitatif de la production nationale des programmes. Mais auparavant, il fallait organiser l’instrument qui devrait être à l’origine de toutes ces réalisations. Cependant, le 1er juillet 1986, et en faveur du décret 146-86  la R.T.A a été structurée en 4 organismes autonomes. Radio (ENRS), TELEDIFUSION (TDA),  PRODUCTION AUDIOVSUELLE (ENPA) et TELEVISION (ENTV) à qui reviendra la mission de production télévisuelle.

Par ailleurs, la loi 91/10 du 24 avril 1991 conférera à l’ENTV un statut d’établissement à caractère industriel et commercial (EPIC). L’ENTV se verra confier les missions d’exploitation, de maintenance et de développement des moyens techniques de production. De même que la prise en charge de la formation du personnel ainsi que la conservation et la gestion des archives audiovisuelles.

Le recours à la TNT

Après la diffusion par satellite, les chaînes de l’EPTV commencent à émettre sur la télévision numérique terrestre (TNT), envisagée dés 2007 et installée début 2011. Cette dernière améliorant les qualités de son et d’image, permet également la multiplication des chaînes émises par voie hertzienne terrestre là où ne circulait que l’«Unique». Le processus de numérisation démarre dans les villes d’Alger, Constantine et Oran, avant de s’étendre sur tout le territoire national. Signant alors l’arrêt de la diffusion hertzienne analogique.

Le premier multiplex Algérien présenté à la conférence de l’UIT, comprend six chaînes de télévision. A savoir le réseau EPTV, Canal Algérie et A3. Avec les projets de trois chaînes thématiques (la culture, l’économie et le savoir). Une enveloppe de 13 milliards de dinars a été dégagée pour la réalisation de plusieurs projets. C’est le cas de la construction d’une maison de la télévision pour loger ces chaînes. Ainsi que l’achat des équipements nécessaires à l’utilisation de la TNT.

Le 18 mars 2009, l’EPTV lance deux nouvelles chaînes de télévision. La Chaine 4, une chaîne généraliste berbérophone émettant six heures par jour  de 17h  à 23h.  Et Coran Tv émettant huit heures par jour de 16h  à 00h .

Le 28 octobre 2015, l’EPTV lance sa première chaîne en HD. Il s’agit d’un simulcast d’A3 en HD, diffusé par la télédiffusion d’Algérie (TDA) via Nilesat. Cette stratégie fait partie des premières opérations de restructurations techniques enregistrées dans le cahier des charges de l’EPTV.

Dirigeants

L’Établissement public de télévision est dirigé par un directeur général, nommé par décret présidentiel, assisté par un directeur général adjoint.

Directeurs généraux de la RTA 

*1963 : Aïssa Messaoudi

– : Abderrahmane Laghouati

Directeurs généraux de l’ENTV/EPTV 

1990-1992 : Abdou Benziane

1993-1994 : Abdou Benziane

1998-2008 : Hamraoui Habib Chawki

2008-2012 : Abdelkader Leulmi

Depuis 2012 à ce jour : Tewfik Khelladi

Départements de l’ENTV

L’EPTV est divisée en 19 départements, dont :

*Direction générale

*Information

*Production

*Programmation

*Services techniques

*Relations extérieures

*Commerciale

*Centre d’archives

Présentateurs

Rayan Athmani

Faiza Bachi

Rym Baghli

Djazia Bayou

Farida Belkessam

Khaled Bensalem

Mohamed Bessam

Fouzia Bousbak

Karim Boussalem

Mohcéne Bouzertit

Djalal Chendali

Sofiane Dani

Nadjia Khatir

Mouna Laaouad

Numidia Lezoul

Afifa Maallem

Naziha Saadoun

Mourad Zirouni

Attaque «pirate » de l’ENTV

Le 21 septembre 2013, aux environs de 19h, le site web de l’EPTV subit une cyberattaque. Cette attaque a été menée par des pirates Marocains qui se sont donnés le nom de «Maroccan Ghosts». Ils ont injecté des requêtes permettant la suppression de tout le contenu du site et la base de données.  Et diffuser des messages propagandistes. Les techniciens de l’EPTV parviennent à y reprendre la main et supprimer ces messages au bout d’une heure.

Commentaires

Revue de presse

Revue de presse algérie

Programme TV

  • 21:00 Foot Show
  • 19:25 Kolchi adi ii
  • 20:45 Questions d'actu
  • 21:00 Iftah Kelbek

    A lire

    Media World

    Publicité

    Facebook