Suivez nous
trafic de drogue trafic de drogue

Journaux

Un journaliste d’investigation Russe réputé accusé de trafic de drogue

Publié

le

Le célèbre journaliste d’investigation russe Ivan Golounov  qui travaille pour le média indépendant Meduza, ayant enquêté sur des affaires de corruption et de détournements de fonds, a été arrêté vendredi 7 juin pour détention de drogue, et inculpé le lendemain samedi selon son avocat Pavel Tchikov pour tentative de trafic d’une « quantité importante de drogue ».

En effet, Ivan Golounov, un reporter du média indépendant en ligne Meduza, est accusé d’avoir tenté de vendre « une quantité importante » de cocaïne et de méphédrone, une drogue de synthèse. Si ses partisans comme ses avocats crient au complot et affirment que la drogue retrouvée dans son sac à dos quand il a été arrêté jeudi, puis plus tard au cours d’une perquisition à son domicile, a été placée là pour le faire taire, il n’en demeure pas moins que le journaliste qui avait réalisé plusieurs enquêtes sur des affaires de corruption et recevait presque quotidiennement des menaces de mort, selon la patronne de Meduza, Galina Timtchenko, a été transféré aujourd’hui vers un tribunal de Moscou lequel devra décider de son maintien ou non en détention. Ivan Golounov, qui encourt jusqu’à 15 ans de prison, rejette les accusations portées contre lui et affirme que ces sachets de drogue ne lui appartiennent pas.

Le célèbre journaliste d’investigation russe a été transféré à l’hôpital samedi après s’être plaint d’avoir été passé à tabac pendant sa détention. La police russe a, de son côté, annoncé samedi que le journaliste russe Ivan Golounov a été admis dans un hôpital de Moscou après s’être « senti mal » pendant sa détention.

Le Conseil présidentiel russe pour les droits humains, qui conseille Vladimir Poutine, avait publié une déclaration vendredi soir après que l’une de ses membres, Eva Merkatcheva, eut rendu visite à Golounov en détention. Cette représentante rapporte une discussion qu’elle a eue avec Ivan : « Il a dit qu’il n’avait pas dormi depuis 24 heures et qu’il se sentait mal. Il n’a pas mangé non plus » en ajoutant que le journaliste lui aurait  aussi raconté avoir reçu deux coups de poing et que des policiers s’étaient tenus debout sur sa poitrine.

De son coté, la directrice générale de Meduza, Galina Timtchenko avait déclaré aux journalistes présents devant le tribunal que « Ivan recevait des menaces. Il y a deux mois, elles devenaient presque quotidiennes ». « Elles disaient : ‘On va t’enterrer pour toujours », a-t-elle poursuivi.

« Nous avons des raisons de croire que Golounov est poursuivi pour son travail journalistique », a souligné Meduza dans un communiqué.

Pour beaucoup de journalistes et d’ONG de défense de la presse, l’arrestation d’Ivan Golounov est un exemple de persécution des médias, ceux qui le connaissent affirmant qu’il n’était pas connu pour consommer de la drogue.

Selon le Point , Vendredi, des dizaines de journaliste avaient manifesté devant le siège du ministère de l’Intérieur à Moscou et certains d’entre eux avaient été brièvement arrêtés.

L’ONG Reporters sans frontières a averti que cette arrestation pourrait marquer « une escalade significative dans la persécution » des journalistes indépendants en Russie.

Commentaires
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *