Suivez nous
Libération Libération

Journaux

« Libération » réserve tout un dossier à la question Algérienne

Publié

le

Toujours à l’affut de l’actualité Algérienne, le quotidien Français Libération a réservé dans son édition de ce mardi 02 avril, tout un dossier à la question Algérienne.

En effet, le dossier de 7 pages figurant dans la une du journal et portant le titre « Bouteflika, dégagé », reviens sur le parcours de Abdelaziz Bouteflika.  «Un épilogue pathétique d’une carrière flamboyante ». Il évoque aussi le début de la contestation « Hirak » depuis le 22 février dernier en soulignant « encore sceptiques, les rues d’Alger refusent de crier victoire ». Et reprend la déclaration selon laquelle le Président présentera sa démission avant le 28 avril prochain.

Le dossier de Libération comporte aussi un entretien avec le politologue Hasni Abidi. Ce dernier analyse les rapports de force entre les militaires, la rue et l’Etat, et leurs répercussions sur la future transition.  Pour lui, le nouveau Gouvernement est « un Gouvernement d’accalmie sans doute négocié entre l’armée et le clan présidentiel, deux pôles en conflit ouvert. Il est surtout le signe d’un rééquilibrage du pouvoir.

La décision politique s’est déplacée vers l’institution militaire. Et pour la première fois depuis l’indépendance, l’armée n’a plus besoin de paravent. Elle affiche son intention, c’est une nouveauté. Ce gouvernement répond aussi à un impératif technique : la transition ne peut pas se dérouler dans un vide politique total ». Ajoutant que « pour l’instant, c’est la rue qui est le premier décideur  de l’Algérie. Mais la vie politique de la rue est limitée. Les manifestations doivent continuer, c’est le seul moyen de peser sur la transition ».

Le politologue précise toutefois que « jusqu’à présent, le mouvement n’est pas incarné et c’est précisément ce qui fait sa force. Il n’appartient pas à un parti ou une personnalité, et peut donc conserver son unité. Il est trop tôt pour lui donner une tête, qui risquerait de casser cette remarquable dynamique sociétale ».

L’éditorial du dossier signé par Christophe Israël indique « avec l’annonce de la démission du Président d’ici au 28 avril, le chapitre Bouteflika se clôt sans qu’une goutte de sang n’ait été versée ». Tout en signalant que « dans ce moment historique, le rôle des militaires sera dans les prochaines semaines déterminant. Pour permettre aux espoirs du  peuple algérien de se concrétiser, l’armée doit se poser comme garante du changement. Pour que révolution rime enfin avec évolution ».

Commentaires